La fiabilité des tests de détection du covid 19

Les tests par RT-PCR sont-ils pertinents pour évaluer une évolution épidémique, et prendre des mesures en conséquence ?

Source: reinfocovid.fr

Les circonstances de réalisation (CT) des tests n’étant pas codifiées de façon transparente, il est impossible de tirer de leurs résultats une interprétation épidémiologique à l’échelle de la population. 

Positivité d’un test RT-PCR ?

  • Signifie que l’analyse par PCR (Polymerase Chain Reaction) a détecté la présence de fragments d’ARN du virus SARS-CoV-2.
  • Cette technique permet de détecter des fragments d’ARN présents en très faible quantité, par cycles d’amplifications successives. Au-delà d’un certain nombre de cycles, la majorité des prélèvements positifs ne contient que des fragments inactifs (aucun virus entier ne peut être obtenu en culture).
  • Un résultat PCR positif signifie donc soit que la personne porte en elle du virus actif et est potentiellement malade ou contagieuse, soit qu’elle porte en elle des traces inactives du virus et n’est ni malade ni contagieuse.

De nombreuses personnes testées positives par PCR ne sont pas malades, ne couvent pas la maladie et ne sont pas contagieuses.

La proportion exacte est cependant difficile à estimer, car elle varie en fonction de la sensibilité des tests, évolue dans le temps, et dépend du taux de personnes symptomatiques dans la population testée.

Proposition raisonnable

  • Réserver les tests aux patients symptomatiques ou ayant été en contact avec un malade porteur du SARS-CoV-2.
  • Établir une grille de lecture des résultats identique pour tous les laboratoires d’analyse français. 
  • Cesser de se baser sur le nombre de «cas positifs» pour justifier de mesures restrictives (zones rouges, couvre feu, confinement). 
  • Revenir à l’étude des critères épidémiologiques habituels que sont la morbidité (nb de malades) et la mortalité (nb de morts). 

Un nouvel indicateur, moins invasif et plus fiable que les test RT-PCR, permettrait d’obtenir des informations sur la santé de la totalité de la population: la surveillance des eaux usées.

Elle pourrait constituer un signal précoce pour aider à la gestion de la pandémie. Actuellement, diverses études ont détecté de l’ARN du SRAS-CoV-2 dans les eaux usées dans le monde entier avec une grande sensibilité, c’est-à-dire quelques jours seulement après l’identification du premier cas humain de Covid-19. La surveillance des eaux usées fournit un échantillon impartial de la population infectée, y compris les individus asymptomatiques.

La surveillance des eaux usées représente un complément précieux aux approches cliniques. Relativement peu coûteuses et faciles à collecter, la surveillance des eaux usées peut offrir une vue en temps réel et rentable de la santé d’une communauté, indépendante des biais associés à la notification des cas, y compris dans les pays à faibles revenus.